La médisance et l'envie

 

Elle sème le trouble, elle est souvent ténue
Blesse plus qu’elle ne sert, ne fait jamais silence
Je n’aime pas son air déguisé et faux cul
Un des pires péchés a pour nom médisance.

Je n’aime pas non plus quand en catimini
S’avance à petit pas sa complice l’envie
Jalouser son voisin ne donnera jamais
Du talent à celui qui n’en a pas un pet.

Beaucoup de guerres commencent avec ces deux mots-là
Médire est dangereux et fait de gros dégâts
Avant de colporter des rumeurs infondées
Mieux vaut de son derrière s’occuper en premier.

© Marie Le Corre, 19 mai 2007

 

Les pêchés capitaux ou pas, Poèmes

La médisance et l’envie

Galerie

14 réflexions sur “La médisance et l’envie

  1. Marl'Aime dit :

    Bonsoir Marie,
    Que c’est bien écrit ! A quoi sert un carcan de prosodie classique quand on a de nature la muse qui galope droit ! Je suis vraiment très admirative !
    Amicalement,

  2. Un poème pour dénoncer poétiquement médisances et rumeurs!
    J’ai pensé à cette chanson de Yves Duteil, je t’en laisse un extrait:

    …la rumeur est de plomb
    Elle s’écoule, elle s’étend
    Elle s’étale, elle se répand

    C’est du miel, c’est du fiel
    On la croit tombée du ciel
    Jamais nul ne saura
    Qui la lance et qui la croit…

    C’est bien plus fort qu’un mensonge
    Ça grossit comme une éponge
    Plus c’est faux, plus c’est vrai
    Plus c’est gros et plus ça plaît…

  3. Antoine de Sotto dit :

    Dans le registre des médisances gratuites sans vérification approfondie, je me souviens d’une histoire de soit disant usurpation d’identité. Porter plainte quand ça va trop loin est LA solution.

  4. Annick D. dit :

    Autrefois on médisait autour des lavoirs du village, à présent on médit surtout sur le net, lieu que je ne fréquente pas sauf pour voir tes sites. Mes filles sont accro mais elles me racontent aussi tout ce qui s’y dit et s’y invente (le plus souvent) et j’en suis atterrée. J’apprécie donc ton coup de gueule même si les réseaux étaient moins à la mode en 2007. JTB.

  5. Bonjour Marie
    Quand arrive l’envie de celle qui fait loucher sur ce que le voisin pourrait avoir de mieux et que celle-ci ne peut se satisfaire débarque la médisance et s’engouffre mille désagréments.
    De bien vilains défauts
    Belle journée
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s