Pasionaria


De tous temps il y eut, pour défendre des causes
De ces pasionaria, farouches obstinées
Mais depuis que la toile et ses media explosent
Elles ont envahi écrans, réseaux, foyers.

Et de tout elles se mêlent, en tout elles ont raison
Agrippées qu’elles sont à leurs petits egos
Pensent-elles que le temps retiendra les échos
De leurs combats, leurs cris et leurs conversations ?

Chez certaines d’entre elles, c’est une maladie
On se mêle de tout, on donne son avis
Et bien sûr tous les autres se trompent assurément
Elles sont dans le vrai, toujours, et maintenant.

En plus de s’accrocher, rageuses, à leurs idées
Elles en font des tonnes, ne savent pas doser
Jamais elles n’ont de doutes, elles sont LA vérité
Et se croient investies du droit de tout juger.

Bien pires que furies, jamais elles ne s’arrêtent
Ne se rendent pas compte qu’elles usent l’auditoire
Leur passe temps consiste à glaner des victoires
Mais pour se prouver quoi, quelle donc est leur quête?

Je dirai quant à moi que les pasionaria
Et tous les militants, tous les accros aux causes
Je m’en méfie autant que peste ou choléra
Et je préfère agir par de petites choses.

Pas besoin de crier sur les blogs et réseaux
A grand renfort de mots ce qui nous rend chagrins
Pour faire bouger le monde chacun peut dans son coin
Agir avec conscience pour un demain plus beau.

Nul besoin d’un clairon, ou de pages, ou de mots
Pour préserver le monde et le rendre meilleur.

© Marie Le Corre, 28 janvier 2018

 

Coups de gueule

Les pasionaria

Galerie

12 réflexions sur “Les pasionaria

  1. Excellent poème qui dénoncent ces soit disant passionnés qui se transforment en accusateurs publics, en juges de Tribunal de Salut Public sans aucune retenue ni modération.
    Ces personnes attaquent, dénoncent avec fureur sans réfléchir aux conséquences de leurs actes.
    Ces « pasionaria » après être devenues accusateurs publics sur la base de rumeurs ou de vérités et très souvent sans preuves se transforment malheureusement en corbeaux malsains.
    Ces gens nuisibles sont si courageux qu’ils restent derrière leurs écrans et des pseudo mais n’apparaissent jamais sur le terrain ou dans la rue : il est vrai que dans ces endroits, ils ou elles trouveraient des contradicteurs et risqueraient de se faire écharper.

  2. Bonjour Marie,
    Je rejoins ta pensée ! La parole est d’argent mais le silence est d’or ! Combien brassent du vent quand d’autres plus calmement et plus discrètement font autant de bien, chacun à leur manière.
    Bravo et bisous du soir.
    Annie

  3. Claire Mével dit :

    Les passionnés c’est bien quand ça ne tourne pas à la folie. Comme Yann j’ai la plus grande inquiétude quand je croise des gens qui défendent des causes car ça se termine souvent très mal. Il en faut mais à condition que ça ne tourne pas à l’obsession. Je t’embrasse.

  4. bonjour Marie
    sympa ce texte avec ce coup de gueule au cœur de tes de jolies rimes.

    la neige tombe , voilà de quoi rester bien au chaud chez soi
    te souhaitant une bonne journée, A+ du troubadour Emmanuel

  5. Antoine de Sotto dit :

    Parmi mes « clients », je rencontre beaucoup de personnes qui ont commis des délits très graves mais de ceux là pas grand monde ne parle. Mais dès qu’il s’agit de déblatérer sur les voisins, c’est une affaire qui marche. Si on commence à lire toutes les conneries débitées sur le net, on a de quoi occuper son temps, surtout si on adhère aux réseaux dits « sociaux ». Ce sont en fait des lieux de défoulement plus nuisibles qu’utiles. Et tu n’imagine pas le nombre de plaintes qu’on reçoit de gens qui en ont marre de ce qu’est en train de devenir internet. J’adhère donc totalement à ton poème.

  6. Maya dit :

    Internet est un engin génial. Mais quand on lit ce qui s’écrit sur les réseaux, il y a de quoi être très dubitatif sur l’intérêt de son utilisation. Il permet à certains de défouler leur haine, leur solitude, leur mal être à tel point que c’est devenu un vrai torchon pire que les journaux people. Beau coup de gueule Marie, tu as raison, les causes auxquelles on tient on peut les défendre dans la discrétion. Bisous, je me mets en retard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s