Pasionaria


De tous temps il y eut, pour défendre des causes
De ces pasionaria, farouches obstinées
Mais depuis que la toile et ses media explosent
Elles ont envahi écrans, réseaux, foyers.

Et de tout elles se mêlent, en tout elles ont raison
Agrippées qu’elles sont à leurs petits egos
Pensent-elles que le temps retiendra les échos
De leurs combats, leurs cris et leurs conversations ?

Chez certaines d’entre elles, c’est une maladie
On se mêle de tout, on donne son avis
Et bien sûr tous les autres se trompent assurément
Elles sont dans le vrai, toujours, et maintenant.

En plus de s’accrocher, rageuses, à leurs idées
Elles en font des tonnes, ne savent pas doser
Jamais elles n’ont de doutes, elles sont LA vérité
Et se croient investies du droit de tout juger.

Bien pires que furies, jamais elles ne s’arrêtent
Ne se rendent pas compte qu’elles usent l’auditoire
Leur passe temps consiste à glaner des victoires
Mais pour se prouver quoi, quelle donc est leur quête?

Je dirai quant à moi que les pasionaria
Et tous les militants, tous les accros aux causes
Je m’en méfie autant que peste ou choléra
Et je préfère agir par de petites choses.

Pas besoin de crier sur les blogs et réseaux
A grand renfort de mots ce qui nous rend chagrins
Pour faire bouger le monde chacun peut dans son coin
Agir avec conscience pour un demain plus beau.

Nul besoin d’un clairon, ou de pages, ou de mots
Pour préserver le monde et le rendre meilleur.

© Marie Le Corre, 28 janvier 2018

 

Coups de gueule

Les pasionaria

Galerie